jeudi 19 juillet 2018

Mon blog au mois d'août


Pour raisons de déplacements, de lectures en retard et de travail de rédaction, mais aussi de nécessaire repos, à compter de ce jour et jusqu’à la fin du mois d’août, je ne m’exprimerai qu’une fois par semaine sur ce blog. 

PS : je serai les 1° et 2 septembre prochains aux « Journées chouannes » de Chiré en Montreuil. Pour ma conférence et les signatures de mes livres et la joie de rencontres bien amicales.

mercredi 18 juillet 2018

Grande Journée d'Amitié Française le 29 septembre à la Mutualité !


Logo Agrif.gif                             
                           PARIS SAMEDI 29 SEPTEMBRE 2018
Palais de la Mutualité
De 10 h à 18 h

Grande journée d’amitié française

Organisée par l’AGRIF
Alliance Générale contre le Racisme et pour le respect de l’identité française et chrétienne

Avec le soutien du Salon Beige, de Tv Libertés, de Réinformation TV, d’émissions de Radio-Courtoisie, du Centre Charlier, de Chrétienté-Solidarité

« Génocide français : stop ! »
« Non à la tsunamigration, à l’islamigration, à la culture de mort ! »

Déroulement


  • 10 h : Ouverture par Didier Rochard

  • De 10 h à 18 h : stands et signatures par une soixantaine d’écrivains amis de l’AGRIF

  • 10 h 30 : chœur Montjoie Saint Denis : 1° aubade

  • 11 h : table ronde Simone Weil, (la philosophe) : « Nos combats pour la vie », avec Maître Jérôme Triomphe, François Billot de Lochner, Cécile Edel …

  • 12 h 30 : temps du déjeuner. Brasseries proches. Possibilité de sandwiches sur place. Poursuite des signatures et rencontres.

  • 14 h : mémoire des 100 millions de victimes du communisme avec  le chœur Montjoie Saint Denis. 2° aubade.

  • 14 h 30 à 15 h 30 : Table ronde Charles de Foucault : « stop à l’islamigration, le choix du christianisme », présidée par Laurent Bonnet, avec Christophe Bilek, Saïd Oujibou, Marie Djamila ...

  • 16 h à 16 h 30 : « Combat politique pour notre identité » (2 orateurs).

  • 17 h : Meeting : « l’AGRIF à la pointe des combats contre les racismes antifrançais, antichrétien, antihumain », présidé par Guillaume de Thieulloy, avec Martial Bild, Jérôme Triomphe, Jeanne Smits et Bernard Antony.

Entrée normale : 10 €

lundi 16 juillet 2018

Que (sur)vive la France et vive la Croatie !

On le sait, ma doctrine politique est celle du patriotisme non révolutionnaire, celle du nationalisme « à la française » non jacobin, et je ne confonds pas mon amour de la France et le chauvinisme.

Par ailleurs –me brûlera-t-on pour cela ? – je ne suis pas un passionné du foutebole auquel je préfère, sans fanatisme, le rugby. Pour autant je ne déteste pas regarder des rencontres entre équipes de haut niveau. Tant mieux donc que l’équipe de France ait remporté ce championnat ! 

Mais si elle avait dû être battue, le mieux en effet était que cela fût le fait de l’équipe de Croatie. J’ai gardé pour ce pays très catholique une grande affection depuis les années 1990 où il se libéra de l’étau communiste. Avec toute l’équipe de Chrétienté-Solidarité, nous y fûmes souvent, apportant toute l’aide que nous pouvions aux enfants de Slavowski-Brod. 

Nous y rencontrions le chaleureux primat, le cardinal Kuharic, véritable sosie de Jean-Paul II, quoique de taille moindre. 

Nous y rencontrions l’ancien adjudant-chef magnifique héros de notre Légion étrangère, Anton Rosso, devenu le chef des unités spéciales croates et désormais général. Comme à Varsovie ou à Cracovie, nous nous sentions chez nous à Zagreb.

Avec Sanders et nos amis croates, nous évoquions l’histoire des volontaires croates dans nos armées (« le Royal Croate » de Louis XIV), de la monarchie et de l’empire.   

Surtout, nous étions en parfaite communion avec ce petit peuple, massivement catholique, historiquement résistant aux déferlements ottomans.

Certains joueurs de leur équipe, me dit Sanders, sont des fils de vrais patriotes de cette Croatie indomptable. D’eux au moins on pouvait être sûr qu’ils n’appréciaient sans doute pas de devoir, pour entrer au stade Loujuicki, passer devant la statue de Lénine.

Un fraternel salut donc ici à tous nos amis lecteurs franco-croates, leur équipe a été admirable, illustrant bien leur pays, petit par la population mais grand dans la préservation de son identité historique et culturelle.
  

Antony Bellanger sur France-Inter : haineux, ignare et bête.


Ce dernier samedi à l’émission « la matinale » de France-Inter, le camarade Antony Bellanger, au comble de l’excitation, s’emploie à déverser toute une éructation de haine et de venimeuse désinformation sur le général Franco.
 
Il se réjouit de ce que l’on veuille à Madrid retirer le cercueil de celui-ci de son tombeau de la basilique du « Valle de los caïdos ».

Avec des accents d’une haine à la hauteur de celle jadis de la Pasionaria, ce Bellanger ose proférer que cette sépulture, c’est comme si Hitler était pareillement honoré à Berlin. Sans attendre notre émission de la réplique ce prochain mercredi au cours de laquelle, à 20 h, notre ami l’historien David Fontey traitera de cela, rappelons ici qu’après le pape Pie XII, remercié, entre autres, par Einstein et madame Golda Meir, le général Franco fut le plus grand sauveur de juifs des exterminations nazies, pour le moins 40 000 selon le grand historien catholique Jean Dumont. 

Ce dernier rappelant dans le numéro spécial de « Histoire pour tous » (février-mars 1980) titré « la guerre d’Espagne » que le général avait en effet ordonné que soit (re)donnée la nationalité espagnole à tous les juifs des Balkans, notamment très nombreux à Salonique, dont les ancêtres avaient été expulsés d’Espagne.

Si bien que trois ans après sa mort, le 20 novembre 1978, les juifs américains séfarades de l’importante communauté de Brooklyn organisèrent à la grande synagogue de ce quartier de New York un très solennel « service spécial » à sa mémoire, ce que rapporta le 21 novembre le grand quotidien espagnol ABC (édition de Séville p 7).

Le pitoyable ignare néo-bolchevique de France-Inter n’a évidemment pas lu les mémoires (« Ce que j’ai cru comprendre », éditions Robert Laffont) d’Annie Kriegel, talentueuse éditorialiste au Figaro et à la revue juive « l’Arche », bien revenue, elle, de sa jeunesse stalinienne. Elle se régale de citer (p. 764) l’historien britannique S. Spender écrivant le 11 novembre 1990 dans le Sunday Telegraph ses malicieuses réflexions sur les conséquences sur l’issue de la seconde guerre mondiale qu’aurait pu avoir, avant son déclenchement, une victoire des Républicains en Espagne : « Peut-être Franco, fût-il le petit obstacle qui, se trouvant sur le chemin de Hitler entre la frontière espagnole et Gibraltar et neutralisant la péninsule, permit à la démocrate espagnole de survivre ».

Le rouge hystérique Bellanger ne s’est toutefois pas risqué à expliquer comment il put se faire, si le général Franco était une sorte d’Hitler, qu’il fut le seul chef d’État qu’après sa retraite le général De Gaulle tint à rencontrer, le saluant d’abord par ces mots de très haute considération dans sa bouche : « Vous êtes Franco, j’étais De Gaulle »…  


jeudi 12 juillet 2018

Grande journée d'Amitié Française le 29 septembre 2018 !



                      
                 D’ores et déjà à retenir !                            
PARIS 
SAMEDI 29 SEPTEMBRE 2018
Palais de la Mutualité
De 10 h à 18 h
Grande journée d’amitié française
Organisée par l’AGRIF et le Centre Charlier
Alliance Générale contre le Racisme et pour le respect de l’identité française et chrétienne
Avec le soutien du Salon Beige, de TV Libertés, de Réinformation TV, d’émissions de Radio-Courtoisie, de Chrétienté-Solidarité
« Génocide français : stop ! »
« Non à la tsunamigration, à l’islamigration, à la culture de mort ! »

Tables rondes et meeting
Aubades du Chœur Montjoie St Denis
Signatures par plus de 50 écrivains amis de l’AGRIF
(organisées par la librairie Chiré)
stands des associations et revues
Premières précisions dès ce mois de juillet
Programme définitif début septembre